LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DOIT ABANDONNER LES PROJETS TECK FRONTIER ET LE PIPELINE DE COASTAL GASLINK EN TERRITOIRE WET’SUWET’EN

Lettre remise lors de l’occupation de son bureau le 13 février 2020 par XRVQ

QUÉBEC, le jeudi 13 février 2020

L’honorable Jean-Yves Duclos, C.P., député
Président du Conseil du Trésor
Chambre des communes
Ottawa (Ontario)
K1A 0A6

Monsieur le Ministre,

L’été dernier, votre gouvernement a officiellement déclaré l’urgence climatique au pays. Vous avez également décidé de surpasser les cibles de l’accord de Paris en promettant à tous les Canadiens, le 5 décembre dernier lors du discours du trône,  que le Canada atteindrait la carbo-neutralité d’ici 2050. Le premier ministre Justin Trudeau a également affirmé qu’aucune relation n’était plus importante à ses yeux que celle du gouvernement canadien avec les Autochtones, et s’est engagé à faire de la réconciliation avec les peuples autochtones son cheval de bataille.

Les Canadiens s’attendent maintenant à ce que vous preniez les actions audacieuses nécessaires à l’atteinte de vos déclarations. 61% des Canadien.ne.s appuient la résolution du gouvernement de limiter les changements climatiques, même si cela impliquait que l’économie en souffre [1]. 72% de ceux-ci sont en accord avec les jeunes qui revendiquent aujourd’hui une lutte sérieuse contre les changements climatiques. [2]. Lors des dernières élections fédérales, le deux tiers des électeur·trice·s canadien·ne·s votaient pour un parti qui avait identifié cette même lutte comme une priorité. [3]. L’enjeux climatique ne peut plus être ignoré, et des changements drastiques s’imposent. 

Deux opportunités clé s’offrent en ce moment à votre gouvernement pour démontrer son sérieux dans sa reconnaissance de la crise climatique et des droits des nations autochtones. D’une part, de graves violations des droits de la nation Wet’suwet’en sont perpétrées en complicité avec votre gouvernement, alors que la GRC a arrêté illégitimement des membres de cette nation pour laisser libre cours à la construction d’un pipeline de Coastal GasLink. D’autre part, d’ici la fin du mois de février, votre gouvernement devra trancher sur le sort du méga projet de sables bitumineux Teck Frontier, en Alberta.

Si ces deux projets sont autorisés à aller de l’avant, ils causeront des destructions irréversibles d’écosystèmes précieux, soumettront une fois de plus des membres des Premières Nations à la violence coloniale et contribueront à attiser les flammes du réchauffement climatique. 

Il est inconcevable que ces projets soient considérés comme étant dans l’intérêt du public. Les Premières Nations qui seront gravement affligées par ce projet ne font-elles pas partie du public dont vous êtes sensé défendre l’intérêt? En 2018, le GIEC n’a-t-il pas estimé que pour donner au monde 50% de chances de maintenir les conséquences du réchauffement climatique sous un niveau jugé sécuritaire, la production de pétrole devait être réduite de façon drastique et rapide? Si vous ne travaillez pas dans l’intérêt du public, de TOUS les publics, et que vous ne protégez pas nos perspectives de survie à moyen et long termes, pour qui travaillez vous?

La crédibilité de votre gouvernement est en jeu; on ne peut sérieusement prétendre vouloir atteindre la carboneutralité d’ici 2050 et à la fois enfoncer davantage le Canada dans des secteurs voués à disparaître.

Il y aura un prix fort à payer si votre gouvernement décidait d’approuver Teck Frontier et de criminaliser les résistants Wet’suwet’en et leurs alliés. Le Canada perdrait définitivement ses prétentions de leader climatique international, et votre gouvernement aurait des comptes à rendre s’il abdique à protéger l’avenir de nos enfants. Nous ne laisserons pas votre gouvernement expulser nos frères et soeurs Wet’suwet’en de leur territoire, et nous ne laisserons pas les industries fossiles compromettre la vie sur terre.

Monsieur Duclos, les canadiens, les québécois, les jeunes comptent sur vous pour bloquer Coastal GasLink et Teck Frontier.

[1] https://www.ledroit.com/actualites/politique/environnement–les-canadiens-en-faveur-de-mesures-en-depit-de-leconomie-96103829132ed61f918971f9b63b443e
[2] https://enjeu.qc.ca/trois-quarts-canadiens-appuient-les-jeunes/
[3] http://copticom.ca/2019/11/07/les-deux-tiers-des-canadien-ne-s-en-faveur-de-la-poursuite-ou-de-lintensification-de-laction-climatique/

Extinction Rebellion Ville de Québec 

One thought on “Lettre à Jean-Yves Duclos: Prenez vos responsabilités!”

  • Daniel Chicoine

    En 2000, le Sheikh Ahmed Zaki Yamani, ancien ministre du pétrole de l’Arabie saoudite, a donné une entrevue dans laquelle il a déclaré :
    « Dans 30 ans, il y aura une quantité phénoménale de pétrole, mais aucun acheteur. Le pétrole sera laissé dans le sol. L’âge de pierre s’est terminé un jour, et ce n’est pas parce qu’il n’y avait plus de pierres. L’ère du pétrole s’achèvera aussi éventuellement, et ce ne sera pas parce qu’il n’y aura plus de pétrole ».
    Dans l’éventualité de cette fin de l’ère du pétrole, l’Arabie saoudite considère qu’un baril vendu avec profit, même si celui-ci est moindre, c’est mieux qu’un baril non vendu.
    Il est largement reconnu que l’Arabie saoudite affaiblit ses compétiteurs parce que le pays est capable d’endurer des profits moindres, puisque ses coûts d’exploitation sont moins élevés et qu’elle a le contrôle sur de grandes réserves mondiales. Mais même si le pays fait tomber certains concurrents et qu’il s’empare de grandes parts du marché, il reste qu’il sera difficile de remonter la pente après des centaines de milliards de pertes en profits.
    Il est évident que le Canada avec ses prix de production élevés sera le grand perdant dans cette transition énergétique s’il persiste à développer et subventionner les sables bitumineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *